retour Accueil

Planète Écho

Association d'éducation à l'environnement et au développement durable
 retour Accueil

 Association régie par la loi de juillet 1901

20 rue du Berger - 93100 Montreuil - France

Sommaire | Paris trie ses déchets | Le cycle du papier | Pourquoi recycler ? | Atelier papier recyclé | Festival du Vent | Nos publications | Comprendre les logos | Spécial enseignement | Eugène Poubelle | L'écologie au Conseil de Paris | Nos actions | Prévention des déchets | Galerie virtuelle | Le papier en questions | Développement durable | Espace jeux | Index des déchets | Nos interventions | Où acheter du papier recyclé ?
Faire une recherche sur la totalité du site : www.planete-echo.net

 
Le papier recyclé en quelques questions...

A consulter également sur notre site : le cycle du papier, pourquoi recycler ?

Juin 2004 : Planète écho dépose, à l'Assemblée nationale, une proposition de Loi concernant la vente de papier recyclé.

Janvier 2006, la Copacel lance une campagne de promotion du papier.

1. Le papier recyclé, qu'est-ce que c'est ?
 
2. Le papier recyclé, comment c'est fait ?
 
3. Peut-on imprimer, photocopier sur papier recyclé ?
 
4. Comment reconnaître le papier recyclé ?
 
5. Comment passer au papier reyclé ?
 
6. Comment choisir son papier recyclé ?
 
7. Un peu d'humour !
 
Bientôt d'autres questions / réponses...
Une partie des textes est inspirée de la brochure réalisée en 1992 par l'équipe de Papirralp. Nous les avons réactualisés et complétés.

1 / Le papier recyclé, qu'est-ce que c'est ?
 

C'est du papier fabriqué à partir de papiers usagés récupérés. C'est donc un produit fini d'usage courant.

Le papier en France représente une consommation apparente annuelle de 11,858 millions de tonnes*, comprenant deux grandes catégories (plus quelques petites) :

  • les papiers d'emballage et de conditionnement soit 4,765 millions de tonnes*,
  • les papiers à usages graphiques (journaux et autres usages d'impression-écriture) soit 5,308 millions de tonnes*.

En 2003, 5,783 millions de tonnes* (estimation pour 2004 : 5,956 millions de tonnes, soit une progression de 3% par rapport à 2003)** de papiers et cartons récupérés ont été utilisés par l'industrie papetière française.
Ces FCR (fibres cellulosiques de récupération) proviennent essentiellement du circuit industriel, 83 %, et pour 17 % des ménages. Pendant longtemps ces chiffres n'évoluaient pas : 92 % des FCR provenaient du circuit industriel, et seulement 8 % pour le circuit des ménages. Avec le développement des collectes sélectives l'apport des ménages pèse de plus en plus dans la répartition.

L'industrie papetière utilise les fibres cellulosiques de récupération (FCR) pour 58,2 % de sa production* (reste stable en 2004)**. Toujours en augmentation, ce résultat général cache de très grosses différences :

  • 98,2 % pour le papier journal - finalement on a beaucoup plus souvent que l'on croit des produits recyclés entre les mains ! C'est une progression sensible puisque ce taux était de 10 % en 1986 et de 5 % en 1980,
  • 91,6 % pour les "papiers pour ondulé", (légère baisse par rapport aux années précédentes).
  • 85,8 % pour les cartons plats, (légère baisse par rapport aux années précédentes).
  • 45,2 pour les papiers d'hygiène.

Mais seulement :

Le débat est resté longtemps ouvert sur la définition du papier recyclé. De nombreux logos nous guidaient vers des produits contenant plus ou moins de FCR. Afin de mettre de l'ordre dans cette "jungle", l'Association des Producteurs et Utilisateurs de papiers-cartons Recyclés (APUR) a créé une marque qu'elle gère et qu'elle contrôle. Pour cette association, un papier recyclé doit comporter au moins 50% de FCR. De plus, les fibres doivent être issues d'une opération de récupération. L'APUR appose son logo et un numéro d'agrément aux produits respectant ce cahier des charges. Voir notre page consacrée aux logos du papier recyclé.

Pour mémoire, il semble que le papier "écologique", que l'on oppose aujourd'hui au papier recyclé, soit un papier classique, mais blanchi sans chlore. C'est un progrès, certes, mais qui laisse intacts tous les problèmes liés à la trituration du bois pour en faire du papier (consommation élevée d'eau et d'énergie). Il s'agit donc d'une écologie très limitée.
De plus, cette définition "blanchi sans chlore" est aussi le fait de tous les papiers recyclés,... quand ils sont blanchis.

* source : Les chiffres de l'économie papetière 2003, COPACEL
** source : Conférence de presse du 19 janvier 2005, COPACEL

retour haut de page


  2 / Le papier recyclé, comment c'est fait ?
 

Dans certaines écoles primaires, on apprend à faire du papier recyclé en laissant détremper des vieux journaux ou annuaires dans une bassine d'eau, puis en remuant pour en faire une sorte de "bouillie" très fluide de "fibres cellulosiques de récupération" (FCR) que l'on recueille ensuite à l'aide d'un tamis sous forme d'une fine couche de fibres qui s'agglomèrent entre elles. Celle-ci, une fois pressée pour en extraire l'eau, est mise à sécher. C'est une feuille de papier recyclé (Planète Écho réalise ce genre d'intervention, pour plus de renseignements contactez-nous - voir à ce sujet notre compte-rendu sur le Festival du Vent ou consulter notre fiche technique)

Au niveau industriel, le principe est le même, mais à beaucoup plus grande échelle (50 à 100 tonnes/jour) et en y ajoutant des opérations d'épuration et surtout de désencrage de la pâte avant reconstitution de la feuille et ajout d'une "couche" de kaolin ou de matières chimiques pour améliorer la solidité et l'état de surface de la feuille. Ces dernières opérations sont communes à tous les papiers.

Le plus important dans la fabrication du papier recyclé est le désencrage, (quand il a lieu, car certaines fabrications utilisent des papiers et rognures non ou peu encrées qui ne nécessitent pas de désencrage, surtout pour les papiers de couleur). Ce désencrage est réalisé depuis quelques années par "flottation" des particules d'encre autour de bulles d'air, qui forment ainsi des mousses que l'on recueille par aspiration pour être séchées et concassées... en attendant de savoir recycler ces déchets-là*, ce qui arrivera sûrement un jour.

Par rapport à l'extraction des mêmes fibres cellulosiques de billes de bois, séparation de la lignine, puis décoloration de ces fibres, les opérations de recyclage des fibres des papiers usagés sont évidemment très économes d'eau, d'énergie et de produits chimiques. Cela tombe sous le (bon) sens, et cela se vérifie largement dans les installations industrielles.

Le rendement du recyclage est aujourd'hui de 80% à 90 % (c'est-à-dire qu'on fabrique 800 à 900 kg de pâte recyclée pure avec une tonne de vieux papiers).

Cela implique 10 à 20 % environ de déchets concentrés.

Pour fabriquer une tonne de "papier vierge", il faut entre 2 et 3 tonnes de bois...

Alors pourquoi encore hésiter ? Passons dès aujourd'hui au papier recyclé !

* la notion de déchet devrait d'ailleurs être affinée dans la mesure où les rejets de papeterie peuvent être récupérés et recyclés dans d'autres industries, à l'exemple du Groupe Clairefontaine qui utilise les boues comme engrais agricole.

 

   retour haut de page


  3 / Peut-on imprimer, photocopier sur papier recyclé ?
 

Pendant longtemps (et on l'entend dire encore de temps en temps), l'usage du papier recyclé dans les photocopieuses était proscrit par les fabricants : risque de bourrage, papier qui peluche...

Aujourd'hui, les discours évoluent. L'usage du papier recyclé devient même un atout.

Dans un communiqué de presse daté du 23 octobre 2000, la société Epson annonce après quelques lignes sur les caractéristiques techniques d'une nouvelle imprimante : "En plus de tous ces avantages caractéristiques, les TM-J2000 et TM-J2100 participent à la protection de l'environnement. Elles impriment sur du papier normal mais acceptent parfaitement le papier recyclé (support facile à manipuler, à stocker et moins onéreux)". Est-ce le papier normal ou le papier recyclé qui est "moins onéreux" ?! (NDLR), (Source : www.pdv.epson.fr)

De son côté, la société Canon va encore plus loin. Sur son site www.canon.ch, nous avons trouvé une page intitulée "écologie au niveau des produits, conseil d'économie d'énergie, d'argent et d'environnement" (cette page est signée 2003 © Canon Schweiz). Voici ce que l'on peut lire : "La charge écologique infligée par la consommation de papier est également importante. Cependant, l'utilisation de papier recyclé permet de la baisser de plus de 50 %. Le papier recyclé ménage l'énergie fossile, les forêts et la biodiversité. Canon garantit que le papier recyclé (ici il y a un renvoi qui préconise l'utilisation d'un papier Suisse fabriqué à partir de 100 % de déchets des ménages) peut être utilisé sans problème sur tous les appareils (sans augmenter le taux de défaillance ni la consommation de toner ou d'encre)".

Les exemples sont de plus en plus nombreux. Les imprimantes récentes acceptent donc, toutes, le papier recyclé. Dans votre entreprise, réclamez du papier recyclé !

Côté impression, il n'y a pas de difficulté à utiliser le papier recyclé. Depuis les affiches électorales des candidats écologistes au journal officiel de la République française, en passant par les annuaires de France Telecom ou encore par la quasi totalité du papier journal*, les exemples d'impressions sur papier recyclé ne manquent pas. Acte militant ou stratégie marketing pour les sociétés qui adoptent le papier recyclé, l'utilisation de papier recyclé peut, malheureusement, représenter un surcoût. Pourtant il est, bien évidemment, possible d'imprimer sur papier recyclé. La gamme est très élargie, allant des "offsets" aux "couchés" (papiers glacés) brillants ou mats, dans tous les grammages et d'une qualité équivalente aux papiers non recyclés. Alors, si votre imprimeur refuse d'imprimer sur papier recyclé... changez d'imprimeur ! Attention toutefois aux stocks. Il vaut mieux prévoir assez tôt la quantité de papier nécessaire à vos besoins.

Côté marketing, les professionnels préconisent l'indication "papier recyclé" quand le choix s'est porté sur un tel produit. Arguant un choix "politiquement correct", les publicitaires précisent que peu de destinataires se rendront compte de l'origine du papier si celui-ci est... suffisamment blanc ! Une publicité qui ne restera que quelques secondes dans les mains du destinataire, doit-elle être imprimée sur papier blanc ?

* En 2001, le taux d'utilisation de fibres cellulosiques de récupération (FCR) pour le papier journal est de 95,9 % (source COPACEL). Il n'est que de 10,9 % pour les papiers d'impression-écriture. Consultez la réponse 1.

 

   retour haut de page


  4 / Comment reconnaître le papier recyclé ?

Le papier recyclé, c'est "celui qui est gris et qui peluche" ! C'est ce que l'on a entendu pendant des décennies. C'est aujourd'hui faux. Le papier recyclé, une fois désencré, peut être aussi blanc que du papier fabriqué à partir de fibres vierges. Son avantage réside dans le fait qu'il a demandé, pour sa fabrication, moins de bois (donc moins d'énergie et moins d'eau).
 
Mais pourquoi vouloir du papier ultra blanc ? Le blanc pose des problèmes de réverbération lorsqu'il y a du soleil. Le papier recyclé, désencré, mais par forcément blanchi, renvoie moins les rayons du soleil. Il permet une utilisation dans de meilleures conditions. Il épargne ainsi les yeux.
 
Reconnaître le papier recyclé, c'est d'abord en trouver ! Et il faut l'avouer, ce n'est pas très facile. Si les journaux sont imprimés, presque en totalité, sur du papier recyclé (voir question 1), vouloir alimenter son imprimante personnelle avec du papier recyclé pose beaucoup plus de problèmes. Il nous arrive pourtant, de temps en temps, de trouver quelques ramettes de papier recyclé dans les rayons de supermarchés (voir page : où trouver du papier recyclé ?). Les indications sont très diverses selon l'origine du papier. L'emballage est couvert de logos très différents (consultez notre page sur les logos). 100 %, 80 %, parfois encore moins, c'est le taux de fibres recyclées présentes dans le papier. Le papier peut être blanc, un peu grisâtre, ou carrément plus gris.
 
Il arrive parfois que le logo de l'APUR (Association des Producteurs et Utilisateurs de papiers-cartons Recyclés) soit présent sur l'emballage. Ce logo atteste que le papier contient au minimum 50 % de fibres recyclées (voir question 1).

   retour haut de page


  5 / Comment passer au papier recyclé ?
Vous cherchez des arguments pour étoffer votre exposé, consultez notre page : Pourquoi recycler le papier ?
Vous avez enfin trouvé du papier recyclé pour votre usage domestique. Maintenant vous souhaitez aller plus loin en faisant adopter, dans votre entreprise, dans votre école..., l'usage du papier recyclé. Comment faire face à l'opposition, quasi systématique de vos collègues, de votre direction, ou du service des achats ?
Voici quelques pistes.
Les premiers usages peuvent être réservés aux notes de service imprimées ou photocopiées sur du papier recyclé de couleur. Qui y verra une différence ? Ensuite, vous passerez au papier blanc plus facilement, car vos collègues auront pris l'habitude d'utiliser du papier recyclé. Les idées préconçues disparaîtront rapidement et laisseront la place à l'enthousiasme général.
Autre point d'entrée : les enveloppes. A son arrivée chez son destinataire, une enveloppe termine à la poubelle au bout de quelques secondes. Si certains courriers exigent du papier de qualité (rappelons que le papier recyclé possède aujourd'hui les mêmes caractéristiques que le papier non recyclé !), ce n'est pas le cas pour une très grande quantité d'enveloppes. Alors, pourquoi ne pas utiliser des enveloppes en papier recyclé ? Indiquez sur les enveloppes qu'il s'agit bien de papier recyclé afin d'accompagner votre choix.
 
Dans tous les cas n'oubliez pas d'envelopper votre initiative avec une information incluant le rôle que vous jouez vis-à-vis de la protection de l'environnement, rajoutez-y un peu de développement durable, de respect pour les générations futures !... Vos collègues ont sans doute des enfants !
Lorsque l'usage du papier recyclé aura atteint sa vitesse de croisière, vous pourrez instaurer la collecte sélective des papiers de bureau. Vous bouclerez ainsi la boucle !
Mais attention, l'usage du papier recyclé ne remet pas en cause son utilisation modérée ! Est-ce nécessaire d'imprimer en plusieurs exemplaires le mail que vous venez de recevoir ?!
 

   retour haut de page


 

6 / Comment choisir son papier recyclé ?

Maintenant que vous êtes décidés à utiliser du papier recyclé vous vous posez cette question : quel papier recyclé choisir ?
Il existe en France plusieurs fabricants de papier recyclé. Pour certains l'offre est complète : papier bureautique et papier pour impression.
Les papiers bureautiques sont garantis pour une utilisation dans les photocopieurs et imprimantes laser. Ils peuvent être plus ou moins moins blanc. Cette blancheur est fonction du mode de production. Le papier est très souvent désencré, parfois blanchi.
 
Un autre argument peu être pris en considération : l'origine géographique du papier. La collecte sélective des papiers existe en France depuis plusieurs années. Ces papiers, collectés auprès des ménages, sont utilisés dans la fabrication du papier recyclé. Préférez donc des papiers fabriqués à proximité de chez vous. Vous limiterez les transports et vous participerez ainsi à la lutte contre l'effet de serre. Sur ce sujet, consultez notre page : Fabrication du papier recyclé.
 

   retour haut de page


  7 / Un peu d'humour !
  Trouvé sur le site des papiers Clairefontaine sous le titre "Le recyclage". "Les papiers Clairefontaine sont totalement recyclables en fibres d'excellente qualité. Ainsi, à l'intérieur même de l'usine, toutes les feuilles ayant servi aux différentes mises au point sont-elles systématiquement recyclées". Ce "recyclage" rentre-t-il dans le cahier des charges de l'APUR (voir question 1) ? Les papiers Clairefontaine peuvent-ils être considérés comme "papier recyclé" ? Nous ne sommes pas persuadés que cette appellation plairait aux défenseurs du papier ultra blanc.
 

   retour haut de page


 D'autres réponses ne devraient pas tarder !

Dernière mise à jour : 14 février 2011