Planète Écho

Association d'éducation à l'environnement et au développement durable
 

 Association régie par la loi de juillet 1901


Sommaire | Paris trie ses déchets | Le cycle du papier | Pourquoi recycler ? | Atelier papier recyclé | Festival du Vent | Nos publications | Comprendre les logos | Spécial enseignement | Eugène Poubelle | L'écologie au Conseil de Paris | Nos actions | Prévention des déchets | Galerie virtuelle | Le papier en questions | Développement durable | Espace jeux | Index des déchets | Nos interventions | Où acheter du papier recyclé ?
Faire une recherche sur la totalité du site : www.planete-echo.net


retour cycle du papier
 
Questions / Réponses sur le papier recyclé, avec des données chiffrées.

Fabrication de la pâte et du nouveau papier

 

A consulter également, notre page consacrée à notre atelier "fabrication artisanale de papier recyclé". Pour y accéder, cliquez ICI.

 


Copeaux de bois, une des matières premières utilisées pour la fabrication du papier.

Vieux magazines ou vieux journaux, une des matières premières utilisées pour la fabrication du papier.

Chutes d'imprimerie ou mise au pilon de vieux papiers, une des matières premières utilisées pour la fabrication du papier.

Pâte à papier vierge, une autre matière première utilisée pour la fabrication du papier. Cette pâte vierge est à nouveau dissoute pour être utilisée.

A l'intérieur de l'usine, d'énormes machines fabriquent, en continue, de grosses bobines de papier. La pâte liquide est pulvérisée sur une toile sans fin qui tourne très vite.

A l'intérieur de l'usine, d'énormes machines fabriquent, en continue, de grosses bobines de papier. La nouvelle feuille passe ensuite entre de très nombreux rouleaux qui la pressent et la chauffent.

A l'autre extémité de l'immense machine, la feuille enfin sèche, s'enroule pour créer une bobine qui peut atteindre 80 tonnes !

Selon les besoins, la grosse bobine est ensuite découpée en petites bobines. Ici les bobines serviront à  faire un journal... en Afrique du Nord !

Les étapes de la fabrication du papier. Photos prises dans la papeterie de la Chapelle d'Arblay (près de Rouen), qui traite, entre autres, les vieux papiers collectés dans les rues de Paris.
Photos © Jean-François Ségard

A partir du bois :

Le bois est débarrassé de son écorce, lavé et broyé. Les impuretés sont ensuite éliminées chimiquement ou par filtration. Selon le degré de cette épuration, le papier sera plus ou moins blanc et rugueux.
Selon les bois utilisés, le procédé d'obtention de fibres (mécanique ou chimique) et le procédé d'élimination des impuretés, on obtient des pâtes de qualités différentes, que le papetier mélange selon la sorte de papier désirée.


A partir de vieux papiers :

Les vieux papiers proviennent essentiellement de gros producteurs : chutes d'imprimeries, invendus, rebuts... Depuis quelques années, la proportion de vieux papiers provenant des collectes sélectives des ménages augmente.

Les papiers sont mis en suspension dans un bain d'eau, puis brassés dans un "pulpeur" pour séparer les fibres.
La bouillie formée est débarrassée des principales impuretés (plastique, verre, agrafes...) par filtration sous pression dans une sorte de tamis.
Les particules d'encre étant plus lourdes que le milieu liquide, le désencrage nécessite un savon pour former des bulles d'air qui ramènent ces particules à la surface. La mousse formée est aspirée et envoyée au traitement d'eau.
Enfin, dans un "raffineur", les fibres récupérées sont mélangées à de l'eau pour constituer la pâte à papier.

Fabrication du papier à partir de la pâte :

Chaque pâte, ayant ses qualités particulières, les papetiers mélangent différentes pâtes selon le papier désiré. Pour obtenir opacité et blancheur, il faut ajouter talc, kaolin, sulfate de calcium, carbonate de magnésie ou de calcium. Pour être rendue plus ou moins imperméable à l'encre et à l'eau, la pâte est encollée avec un mélange d'eau et de résine (ou de colophane).
Elle arrive ensuite dans une grande cuve (elle contient alors 97 % d'eau). De là, elle est envoyée par une fente sur une toile avançant en continu. La nappe formée s'égoutte, et est ensuite pressée sur des cylindres (il reste à ce stade 50 % d'eau !). Son parcours continue sur une série de cylindres chauffants qui permettent l'évaporation du reste de l'eau.
En sortie, la feuille de papier s'enroule sur une grosse bobine. Ces bobines ont des largeurs variables (entre 7 et 9 mètres selon les usines), pour des poids allant de 30 à 50 tonnes.

Les grosses bobines sont ensuite découpées en fonction de leur utilisation, puis empaquetées pour protéger le papier pendant le transport.

***

Découvrez où sont fabriqués les papiers recyclés et d'où proviennent les matières premières.
Avant d'opter pour un papier moins cher, mais qui provient de plusieurs centaines de kilomètres, faites le calcul également pour notre planète ! Pour quelques centimes d'euros, préférez la proximité ! Et
consommez moins !

 

Cliquez sur les dessins pour poursuivre le cycle du papier.

Acheter du papier recycléTrier c'est facileCollecte du papier

 

Un peu d'histoire...

Machine à fabriquer le papier en continu

La papeterie : à gauche se trouve la grande cuve carrée ou les chiffons, réduits en pâte et blanchis, forment comme une bouillie liquide. Cette bouillie sort et jaillit sur les tamis où elle s'égoutte. Puis, elle se déssèche et s'applatit entre les rouleaux. A droite on voit les ouvriers qui recueillent les feuilles de papiers. Illustration tirée de l'ouvrage cité ci-contre. Source : www.gallica.fr

Fabrication du papier à partir de vieux chiffons.

Pour illustrer cette technique historique, nous vous proposons quelques lignes extraites d'un ouvrage édité en 1877 : Le Tour de France par deux enfants de G. Bruno.

[Chapitre XXII - Les chiffons changés en papier - Les papeteries des Vosges et Chapitre XXIII - Un ouvrier inventeur]

(...) Un soir, il [André, 14 ans, l'un des deux garçons, héros du livre] arriva tout joyeux de l'atelier.
- Julien, dit-il à son frère [7 ans], si tu avais pu voir ce que j'ai vu aujourd'hui, cela t'aurait bien intéressé.
- Qu'as-tu donc vu ? fit l'enfant en s'approchant pour mieux écouter.
La mère Gertrude [il s'agit de la femme qui héberge temporairement les deux garçons lors de leur étape à Epinal] elle-même, qui était en train de couper le pain pour la soupe, s'interrompit et releva ses lunettes en signe d'attention.
- Imaginez-vous, dit André, qu j'ai accompagné le premier ouvrier du patron qui allait faire une réparation dans une usine. Cet ouvrier, qui est savant, connaît les machines et ne s'en étonnait guère ; mais moi, c'est la première fois que j'en voyais marcher, aussi cela me faisait l'effet d'un rêve.
- Pourquoi donc, André ? s'écria Julien.
- Racontez-nous ce que vous avez vu, reprit la mère Gertrude, ce sera comme si nous étions allés avec vous ; pendant ce temps je tremperai la soupe.
- Eh bien, reprit André, nous sommes allés à une grande papeterie ; il parait qu'il y en a plusieurs aux environs d'Epinal. Tu sais Julien, que le papier est fait avec des chiffons réduits en pâte.
- Oui, dit Julien, avec des vieux chiffons, de la paille et d'autres choses.
- Eh bien, reprit André, j'ai vu aujourd'hui des chiffons devenir du papier, et cela se faisait tout seul : les ouvriers n'avaient qu'à regarder et à surveiller la machine. Au fond de la salle, les chiffons étaient dans de grandes cuves, où j'entendais remuer une sorte de maillet qui les broyait pour en faire de la bouillie.
- C'était donc comme dans la barate de la fermière ?
- Justement ; mais le marteau remuait tout seul. Je voyais ensuite la bouillie jaillir de la cuve et tomber sur des tamis percés de mille petits trous : ces tamis s'agitaient comme une main invisible les eût secoués. Alors, peu à peu, la bouillie s'égouttait. Ensuite elle s'engageait entre les rouleaux qui sont chauffés à l'intérieur tout exprès pour la dessécher, et elle passait de rouleau en rouleau. M'écoutes-tu, Julien ?
- Oui, André, et je crois voir tout ce que tu me dis. Cela faisait comme lorsque Mme Gertrude prépare un gâteau avec de la pâte ; elle se sert d'un rouleau pour étendre la pâte et l'amincir.
- C'est cela même ; seulement les rouleaux de la papeterie tournaient tout seuls sans qu'on pût deviner qui les mettait en mouvement. Puis, sais-tu ce qui sortait à la fin de toute cette rangée de rouleaux ? C'était une interminable bande de papier blanc, qui se déroulait sans cesse comme un large ruban. La machine elle même coupait cette bande comme avec des ciseaux, et les feuilles de papier tombaient alors toutes faites : les ouvriers n'avaient qu'à les ramasser. N'est-ce pas merveilleux, Julien ? à un bout de la grande salle, on voit des chiffons et une bouillie blanche ; à l'autre bout, des feuilles de papier sur lesquelles on pourrait tout de suite écrire ; et il ne faut qu'un tout petit nombre de minutes pour que la bouillie se change ainsi en papier.
- Oh ! J'aimerais bien à voir cela, moi aussi, dit Julien.
- On m'a dit, reprit André, que tout le long de la France nous rencontrerions bien d'autres machines aussi belles et aussi commodes, qui font toutes seules la besogne des ouvriers et travaillent à leur place, et je m'en suis revenu émerveillé de l'industrie des hommes.
(...)
- Tu ne sais pas, Julien, reprit André, qui a imaginé la belle machine à faire le papier ? On me l'a dit là-bas ; c'est un simple ouvrier, un ouvrier papetier nommé Louis Robert [il s'agit en fait de Louis-Nicolas Robert. Le brevet concernant l'invention de la "machine à fabriquer le papier, d'une largeur fixe et d'une longueur indéfinie" est déposé le 29 nivôse An VII (18 janvier 1799) - La machine que le jeune André découvre est déjà très perfectionnée par rapport à celle de 1799 !]. Il avait travaillé depuis son enfance ; mais au lieu de faire comme bien d'autres, sa besogne machinalement, il cherchait à tout comprendre, à s'instruire par tous les moyens, à perfectionner les instruments dont il se servait. C'est ainsi qu'il en vint à inventer cette grande machine que j'ai vue faire tant de travail en si peu de temps.
- Eh bien ! André, dit la mère Gertrude, qui apportait en ce moment la soupière fumante, l'histoire du papetier Robert ne vous donne-t-elle pas envie, à vous aussi, de devenir un ouvrier habile dans votre métier ?
- Oh ! Madame, je ferai bien tout ce que je pourrai pour cela, et le courage ne me manquera ni pour travailler ni pour m'instruire.
- Ni à moi non plus, s'écria Julien.
- Maintenant, mettons-nous à table, dit la mère Gertrude. (...)

Le texte intégral est disponible sur le site Gallica : www.gallica.fr

   

Dernière mise à jour : 18 décembre 2013