retour Accueil

Planète Écho

Association d'éducation à l'environnement et au développement durable
 retour Accueil

 Association régie par la loi de juillet 1901

20 rue du Berger - 93100 Montreuil - France

Sommaire | Paris trie ses déchets | Le cycle du papier | Pourquoi recycler ? | Atelier papier recyclé | Festival du Vent | Nos publications | Comprendre les logos | Spécial enseignement | Eugène Poubelle | L'écologie au Conseil de Paris | Nos actions | Prévention des déchets | Galerie virtuelle | Le papier en questions | Développement durable | Espace jeux | Index des déchets | Nos interventions | Où acheter du papier recyclé ?
Faire une recherche sur la totalité du site : www.planete-echo.net

Picto Semaine du développement Durable 2004

En juin 2004, Planète écho avait reçu le label national du Minsitère de l'écologie pour son action en faveur de la promotion du papier recyclé. Pour en savoir plus, cliquez ICI.

picto sommet climat Copenhague
Planète écho a décidé de diffuser le film présenté lors de l'ouverture du sommet sur le climat de Copenhague. Visualiser le film : Please, help the world

Comment concilier développement et protection de l'environnement ? Sur cette page, vous trouverez des comptes rendus de différentes manifestations ayant pour thème le développement durable, sans oublier nos idées et nos propositions.

Plage souillée par des détritus - Ile de Ré, décembre 2002 - Photo : Jean-François Ségard

A consulter sur cette page :

Qu'est-ce que le développement durable ?

Agenda 21 de la Mairie de Paris, Planète écho fait des propositions.

L'eau à Paris (exposition tenue dans le cadre de la semaine mondiale de l'eau)

Plan de prévention des déchets de Paris

Des gestes simples pour économiser le papier

Trier les papiers... Et si on prenait le pli ?

A consulter également sur notre site :

Le cycle du papier - La collecte sélective à Paris - Nos actions

Qu'est-ce que le développement durable ?
 

Depuis quelques années, le terme de développement durable est utilisé à toutes les sauces et par tout le monde ! Après la vague verte, les entreprises ont très vite compris l'importance de communiquer en utilisant ce terme porteur. Mais qu'entendons-nous par développement durable ?

Finalement, les écologistes, dont nous faisons partie, font du développement durable, comme d'autres font de la prose, sans le savoir, depuis plusieurs décennies. En effet, et pour mettre les pendules à l'heure, il n'a jamais été question de retourner vivre dans des cavernes en vivant de la simple cueillette. En préconisant une consommation raisonnée des matières premières, en réfléchissant avant de consommer, en maîtrisant sa consommation d'énergie et sa production de déchets, ne faisons-nous pas du développement durable au sens des économistes et politiques modernes ?

Mais ces deux mots vont-ils bien ensemble ? Les chefs d'entreprises, le MEDEF, ne voient-ils pas dans le mot développement l'augmentation de la consommation ? Alors, comment produire du durable ? Le durable est fait pour durer ! Il n'est pas fait pour être renouveler à haute fréquence. C'est pourtant le renouvellement des biens de consommation qui permet aux entreprises de fonctionner. Comment concilier ces deux concepts a priori contradictoires ? La réponse n'est pas facile à trouver et à proposer. Pas de solution miracle. L'objectif de cette page est de vous proposer quelques gestes ou réflexions. Sans reprendre systématiquement ce qui est fait par d'autres, nous resterons fidèle à notre principe : faire des propositions concrètes. En juin 2004, nous avions adressé aux parlementaires français une proposition de loi ayant pour thème la démocratisation du papier recyclé.

retour haut de page


Affiche Mairie de Paris - Agenda 21

Agenda 21 de la Mairie de Paris, Planète écho fait des propositions.

Présidée par Anne Hidalgo, première adjointe, la séance à laquelle participait Planète écho, le 2 avril 2007, laisse entrevoir de grandes possibilités. L'élaboration de cet agenda 21 a mis du temps a démarrer, il en était déjà question en 2001 ! Mais cela n'a pas empêché plusieurs grands projets de voir le jour : le tramway en est un bel exemple. La lutte contre le "tout-automobile", responsable de la détérioration de l'atmosphère parisienne, fait régulièrement la "une" des médias, mais beaucoup d'autres projets ont, ou vont, aboutir. En vrac et sans hiérarchisation : le développement et la généralisation de la collecte sélective, les couloirs de bus élargis ouverts aux cyclistes, des campagnes d'information sur l'eau du robinet, le lancement de la construction d'un centre de tri sur le territoire de la capitale, l'arrivée du bio dans certaines cantines... et très récemment le lancement du système de vélos en libre-service intitulé Vélib' (pour en savoir plus sur ce sujet, consultez nos pages dédiées au sujet sur www.paristramway.net).

Fidèle à notre position, nous intervenons dans ces réunions parce nous avons des propositions à faire et pour encourager la Mairie de Paris à "être exemplaire" comme l'a souhaité Anne Hidalgo en ouverture de la séance. Nous présentons ci-dessous copie de l'intervention faite le 2 avril 2007, (puis adressé par mail, car le temps de parole nous manquait). Certaines de ces idées ont, d'ailleurs, déjà été proposées il y a 15 ans (!) lorsque le président de Planète écho siégeait au sein du Conseil de Paris. A cette époque, la majorité de droite n'avait pas souhaité donner suite... Aujourd'hui, il semble que nos propositions bénéficient d'un meilleur accueil.

-> L'alimentation, et son mode de production, jouent un rôle important dans le réchauffement climatique. La fabrication des engrais nécessaires à l'agriculture intensive en est un exemple. Outre la consommation d'énergie, les usines d'engrais sont des établissements dangereux classés Seveso. Ils ne sont pas toujours installés au milieu de la campagne, l'usine AZF de Toulouse en est un exemple (même si c'est la ville qui est venue se construire autour de l'usine).
De leurs côtés, les transports liés à l'industrie agro-alimentaire gênèrent également d'énormes quantités de CO2. Avant d'arriver dans nos placards, les produits que nous achetons ont parcourus, parfois, plusieurs milliers de kilomètres (sur ce sujet, le film "We feed the world" - le marché de la faim - sorti en avril 2007, apporte des témoignages très constructifs).

Le rapport publié, en novembre 2006, par la FAO met en évidence le rôle de l'élevage intensif dans la production de gaz à effet de serre, et plus particulièrement le méthane, considéré comme étant (plus de 20 fois) plus nocif que le CO2.
La production d'un kilo de viande nécessite 15 m3 d'eau et une quantité d'énergie considérable, alors que la production de 1 kg de céréales n'en nécessite que 1,5 m3, donc beaucoup moins d'énergie. (source : UNESCO)

Le rapport de la FAO ne préconise pas le passage au végétarisme, mais il semble que ce mode d'alimentation fait du bien à la planète. Plusieurs membres de l'association Planète écho sont végétariens. La lecture de ce rapport nous réconforte dans notre choix.

Notre association propose donc de manger moins de viande, car cela est bon pour la planète, et pour la santé de l'homme : moins de graisses animales, moins de maladies cardio-vasculaires. Bien évidemment la viande consommée doit être produite en respectant les règles de l'agriculture biologique. Une alimentation riche en fruits et en légumes permet également de lutter très efficacement contre le cancer du colon (ce cancer se place en troisième position en terme de décès).

Les changements climatiques vont affecter le cycle de l'eau. Or, l'eau est indispensable à l'agriculture intensive. Une très grande majorité du maïs sert à l'alimentation du bétail, qui lui, sert à l'alimentation humaine. Il faut déjà irriguer de nombreuses surfaces car le maïs est cultivé dans des régions qui ne correspondent pas à sa zone biogéographique. Un gaspillage énorme d'eau et d'énergie. Avec les dérèglements climatiques, l'irrigation devra certainement être augmentée, du coup, la quantité d'énergie suivra la même pente avec toutes les conséquences en terme d'émission de gaz à effet de serre. Le végétarisme est donc une solution (certainement pas la seule) face au réchauffement climatique.

La Mairie de Paris a un rôle à jouer dans l'éducation alimentaire par l'intermédiaire des écoles, des collèges et de ses propres restaurants. Certes, les produits bio ont trouvé le chemin des cantines et des restaurants de la ville. Mais il faut aller plus loin en proposant moins de viande, plus de légumes, plus de céréales, plus de légumineuses...
Moins de viande dans les repas, un meilleur équilibre alimentaire (moins de graisses animales) et surtout une bonne explication pour les enseignants, les élèves, les parents, les salariés qui à leur tour modifieront leurs comportements alimentaires à la maison.

-> Associée à cette première mesure, nous proposons également une information autour du concept de l'eau virtuelle. En résumé, l'eau virtuelle, c'est l'eau qui a été nécessaire à la fabrication de tel ou tel produit. On l'utilise beaucoup pour les produits alimentaires (voir ci-dessus), mais elle peut également être calculée pour les biens manufacturés. Par exemple, l'Unesco évalue à 8000 litres la quantité d'eau nécessaire à la fabrication d'une paire de chaussures. Ce n'est pas le lieu d'un long débat sur cette question, mais nous pensons que la Mairie de Paris devrait organiser une telle information. Le forum de l'eau, tenu sur la place de l'Hôtel de Ville, il y a quelques jours n'en faisait absolument pas référence. Or, l'eau va devenir un enjeu considérable.

La Mairie de Paris doit, comme le nom de l'atelier le dit, "accompagner et encourager la population dans ses changements de comportements". Il existe déjà une étiquette énergie pour les appareils électroménagers, une étiquette CO2 pour les véhicules neufs, pourquoi pas une étiquette " Eau virtuelle " ? Cette étiquette permettrait aux consommateurs de se faire une idée de la quantité d'eau utilisée dans toute la phase de production. Ils pourraient ainsi choisir leurs produits en fonction de leurs impacts sur l'eau. Nous pourrions ainsi intervenir très facilement sur notre empreinte écologique.

Une grande ville comme Paris se doit de montrer l'exemple dans ce domaine.

A propos des déchets :
->
Il semble indispensable de montrer aux Parisiens-trieurs des résultats concrets de leurs engagements. La société Plastic Omnium, fabriquant de mobilier urbain, recycle les vieux bacs de collecte pour en faire de nouveaux. La nouvelle génération de bacs distribués dans les immeubles parisiens est fabriquée de cette façon.
Pour aller encore plus loin, les Vélib', système de vélos en libre-service en cours d'installation par la société JCDecaux dans les rues de la Capitale, pourraient être fabriqués à partir des déchets triés (la société Ecoemballage ne communique-t-elle pas avec la formule "avec 650 canettes on fabrique un vélo !" ?). Le symbole serait fort ! (sur le sujet, voir notre
communiqué de presse)

-> L'aspect information doit être renforcé en mettant en place un véritable réseau d'espaces propreté. A l'heure actuelle, les déchetteries sont très difficiles d'accès. Il est nécessaire d'utiliser un véhicule. Même si pour les encombrants, le système d'enlèvement par rendez-vous est un plus, des espaces propreté de proximité permettraient de remplir un vide en terme d'information. Ces espaces accueilleraient également les déchets valorisables, mais pas autorisés dans le bac jaune, à savoir : les déchets dangereux des ménages, les radiographies sans oublier les déchets " coupants et tranchants " qui représentent une dangerosité importante.
Nous estimons qu'un espace propreté par quartier pourrait être une base d'organisation et viendrait renforcer le réseau des déchetteries. De plus ces espaces permettraient de créer des emplois et du lien social, autres piliers importants dans la démarche de développement durable.

-> En liaison avec d'autres thèmes (transport par exemple), le ramassage des ordures ménagères peut être optimisé, notamment dans les rues en limite de commune. En effet, trop souvent les deux trottoirs d'une même rue, mais n'étant pas dans la même ville, sont collectés à des jours différents. Sachant que les communes limitrophes de Paris sont également membres du SYCTOM ; les déchets collectés sont traités dans les mêmes centres. La mise en place d'une collecte partagée éviterait de nombreux passages de camions, les conséquences sur la pollution sonore et atmosphérique se feraient vite ressentir. Il est d'autant plus facile de mettre cette mesure en place, que le président du SYCTOM est également un élu parisien. A l'initiative de Paris, cette proposition pourrait être généralisée aux communes membres du SYCTOM.


Encore une fois, Paris ferait preuve d'initiative et d'exemplarité !

retour haut de page


Affiche Mairie de Paris - L'eau à Paris 2006

L'eau à Paris. Exposition tenue dans le cadre de la semaine mondiale de l'eau (20 au 26 mars 2006).

Tout savoir sur l'eau à Paris, tel était l'objectif de cette nouvelle manifestation. Les différents acteurs de l'eau à Paris (production, distribution, épuration) étaient présents. Se trouvaient également là, le Port autonome de Paris (de plus en plus de marchandises arrivent à Paris en conteneurs), mais également la section des canaux qui présentait le côté ludique des promenades le long des canaux (initialement, les canaux ont été créés dans le but d'apporter de l'eau pour la consommation des Parisiens).

L'institution interdépartementale des barrages réservoirs du bassin de la Seine présentait le nouveau projet de lutte contre les inondations : l'aménagement de la Bassée. Concept respectueux de l'environnement qui évite la construction d'un nouveau barrage en amont de Paris.

retour haut de page


Plan de prévention des déchets pour Paris.

Voir notre intervention dans le cadre la séance de la CEMEDD du 7 novembre 2007.


Cliquez sur les images pour en savoir plus...

Lancer l'impression. Selon votre machine, la fenêtre qui s'ouvre peut être différente de celle-ci.

Repérez le bouton "propriétés" et cliquez dessus.

Selon votre machine, la fenêtre peut être différente. Repérez le menu "pages par feuille". Sélectionnez la quantité souhaitée (avec 2, c'est déjà 50% de papier en moins!).

Des gestes simples pour économiser le papier.

Lorsque l'on souhaite imprimer des pages depuis son ordinateur, il est possible de le faire en optimisant le nombre de feuilles de papier utilisé. Il est facile de modifier, par exemple, les marges et le corps (la taille) de la typo ; réduire d'un corps (ou 2) permet souvent d'éviter d'imprimer une lettre sur 2 pages (50 % de papier d'économisé !). Avec un corps 10, une lettre reste évidemment très lisible.

Avant de lancer l'impression, prendre quelques secondes/minutes pour relire son texte. Une fois imprimé, faire la totalité des corrections avant de relancer l'impression. Lorsque le texte doit être relu par plusieurs personnes, faire tourner la version imprimée ou alors préférer une version informatique, en PDF par exemple. L'utilisation des "notes du document" permet d'optimiser les phases de corrections / relectures tout en économisant du papier.

Autre astuce ; lorsque l'imprimante le permet, il peut être imprimé deux pages (ou plus) par feuille (voir ci-contre le mode opératoire). Autant de papier économisé ! Très intéressant lors de l'impression de rapports, de livres téléchargés (légalement !), du produit de recherches sur internet... Et puis il y a le recto-verso ! Avec ces deux astuces cumulées, vous pouvez passer de 4 feuilles à une seule : quelle économie ! C'est autant d'encre d'économisée... et de futurs déchets.

Grâce à toutes ces astuces, il est facile de faire des économies dans la consommation du papier, astuces qui très rapidement permettent de contrebalancer le surplus éventuel du coût du papier recyclé !

Vous souhaitez acheter du papier recyclé ? Suivez notre lien vers notre page dédiée aux points de vente papier recyclé.

retour haut de page


Logo EcoFolio

Trier les papiers... Et si on prenait le pli ?

Voici l'affiche de la première campagne d'information organisée par EcoFolio, l'éco-organisme chargé de développer le tri et le recyclage du papier.

Affiche campagne d'information, novembre 2008, EcoFolio

Cette campagne, lancée en avant première lors du Festival du Vent (en Corse, novembre 2008), a pour objectif d'encourager les citoyens à pratiquer le tri en les informant davantage et mieux sur le geste de tri et son bénéfice environnemental. Plus de papiers triés, plus de papier recyclé, tel est le slogan inscrit sur l'affiche. Le dossier de presse annonce que "l'utilisation des fibres de cellulose de récupération permet d'importantes économies en eau et énergie et s'inscrit bel et bien dans une logique de développement durable" tient, cela ressemble étrangement à notre texte de 2004 (voir notre proposition de loi).

Si Planète écho se félicite d'une telle démarche, nous regrettons toujours l'absence d'incitation à l'achat de papier recyclé. Car, si trier, recycler, c'est bien, cela n'est pas suffisant. Les recommandations du Grenelle de l'environnement ne concerne que l'administration. Et même, si le Ministère de l'écologie dit n'acheter que du papier recyclé, le Ministre reste muet concernant l'accès du grand public au papier recyclé. Heureusement, Planète écho effectue un recensement des lieux de vente où l'on peut acheter du papier recyclé.

 

Balle de vieux papiers

Octobre 2009, campagne nationale en faveur du recyclage du papier.
Pour la première fois, une campagne spécifique au recyclage du papier est lancée en France. C'est en compagnie de Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'écologie, que le démarrage a eu lieu lors de la visite d'un centre de tri, géré par le Syctom de Paris, le 12 octobre 2009. Si cette campagne reprend les grandes lignes de la précédente (voir ci-dessus) on y trouve également la volonté de simplifier encore plus le geste du tri des papiers. Ecofolio vient, en effet, de réorganiser les consignes de tri (les nouveaux guides municipaux tiendront compte de ces modifications) afin de rendre le geste encore plus simple. L'objectif étant d'augmenter la quantité de papiers recyclés.
Planète écho se réjouit d'une telle campagne. Mais nous constatons, encore une fois, l'absence d'une quelconque incitation à utiliser le papier recyclé. Il est toujours aussi difficile de trouver du papier recyclé. Pourtant, le dossier de presse du 12 octobre précise : Les papiers constituent un important gisement à capter et à recycler. Le taux d’utilisation du recyclé dans les papiers progresse mais lentement et avec de fortes disparités : moins de 4 % des ramettes de papiers bureautiques sont issus aujourd’hui du recyclage alors que le papier journal fabriqué en France est issu du recyclage à 90 %. Alors, pourquoi n'y a-t-il pas de campagne portant sur la consommation et sur l'achat de papier recyclé ? Finalement, notre proposition de loi trouve parfaitement sa place dans ce débat !

En savoir plus sur EcoFolio.

retour haut de page

     

Dernière mise à jour : 14 février 2011